Par la Rédaction

L’ancien ministre des affaires foncières s’est livré à la presse pour tenter de répondre aux préoccupations des journalistes au tour de sa suspension au sein du gouvernement Tshibala.  Dans sa réaction mardi aux nombreuses accusations sans fondement le visant personnellement, le Ministre suspendu des Affaires Foncières, Lumeya Dhu Maleghi a enseigné aux prétentieux apprentis l’éthique, la déontologie et le sens de la république qui guident le comportement d’un membre du gouvernement.

D’abord, il rappelle que  » le gouvernement est composé des hommes politiques responsables ». 

Avant de déclencher un missile :  »Honte pour un gouvernement d’avoir en son sein un membre qui a reçu mission de violer le principe sacro-saint qui fonde la stabilité de n’importe quel gouvernement du monde à savoir le principe de solidarité gouvernementale ». 

L’avocat chevronné explique que  » le gouvernement Tshibala qui est au soir de sa vie, n’a besoin pour le moment ni d’un procureur de la république, ni d’un huissier de justice, moins encore d’un greffier ».

S’agissant de l’audit des ministères, Me Lumeya est tranchant.  »Il ne s’agit de PMU ». Sinon, le chef du gouvernement, selon lui, doit se prononcer publiquement sur le sujet.

 » Nous ne pouvons pas nous livrer au jeu de PMU. Si effectivement, les intérimaires veulent auditer les ministères, j’invite le premier ministre à nous le dire ouvertement », a-t-il insisté. 

Pour Lumeya, il ne répondra plus jamais à ceux qui agissent par procuration.

 »Je ne répondrai plus jamais à ces collègues qui agissent par procuration ».

Sur le volet payement des 180 personnes au cabinet des Affaires Foncières, Lumeya constate l’amateurisme et la non maîtrise des rouages de gestion.

 »La maitrise des dispositions légales qui régit le gouvernement est contraignante. Aucun ministre ne peut payer 44 personnes avec les fonds du Trésor public. Soutenir que j’ai payé 180 personnes, les villageois y compris avec l’argent de l’État signifierait que j’ai bénéficié de la complicité du Ministère du Budget, du Ministère des Finances et de la Banque Centrale ».

Le vice-président de la DDC rappelle qu’on ne joue pas avec l’honneur des personnes respectables qui ne se sont jamais livrés au trafic de Ngulu.

 »Si on doit s’inscrire à l’Agence nationale d’emploi (AMP) pour un poste ministériel, il n’est pas recommandé de jouer avec l’honneur des personnes respectables qui ne se sont jamais livrées au trafic de Ngulu ».