Par Edmond Izuba

La correspondance du vice-premier ministre en charge des affaires étrangères envoyée au président du Sénat, Léon Kengo wa Dongo, paraît plus polie et respectueuse du principe de la séparation du pouvoir entre le parlement et le gouvernement.

“Je vous saurais gré de bien vouloir demander à l’Honorable sénateur (Jean-Pierre Bemba) de dépêcher son agent protocole pour retirer un formulaire de demande de passeport diplomatique auprès de notre ambassade à Bruxelles dont le Chef de Maison a déjà été instruit à ce sujet ”, écrit Léonard She Okitundu.

Cet octroi en toute liberté de ce document devenu politique, mais aussi diplomatique vient lever l’équivoque d’une possible nationalité que possederait le leader du mouvement de libération du congo, Mlc, et confirme donc sa «kongolité», son appartenance à la nationalité congolaise.
« Aussitôt dûment rempli, le passeport auquel sera joint le passeport échu devra être retourné, par la même voie où seront prises toutes les dispositions nécessaires en vue de la facilitation de l’opération de l’enrôlement des éléments identitaires et biométriques du requérant » , précise la note du ministre des affaires étrangères.

Après avoir passé dix d’emprisonnement à la cour pénale internationale, Jean-Pierre Bemba a été acquitté le 8 juin dernier de toutes ces charges devant la CPI.
Libéré provisoirement, il attend depuis en Belgique le verdict sur la subornation des témoins, toujours à la CPI.