Par la Rédaction

 Du 3 au 5 décembre 2019, Kinshasa a accueilli la 4ème Conférence nationale pour le repositionnement de la planification familiale (CNRPF). La Première Dame de la République, Denise Nyakeru, a offert une soirée de gala à quelques participants à ces travaux triés à la volée, le jeudi 5 décembre à Roméo Golf.

Saluant les conclusions pertinentes sorties de ces assises de trois jours, l’épouse du chef de l’Etat a proposé d’œuvrer « à titre consultative » auprès du Comité technique multisectoriel permanent de la planification familiale (CTMP/PF) pour une amélioration conséquente du taux de prévalence contraceptive en République.

Le Plan stratégique national à vision multisectorielle pour la planification familiale pour la période 2014-2020 prévoyait l’amélioration de la prévalence contraceptive moderne de 6.5% en 2013 à au moins 19% en 2020 et l’amélioration de l’accès et l’utilisation des méthodes contraceptives modernes à au moins 2. 1 millions de femmes additionnelles en 2020.

Actuellement, le pays est à 18% et est bien parti pour atteindre son objectif l’année prochaine. « Nous pouvons et nous devons mieux faire », a martelé Denise Nyakeru qui demande aux uns et autres de redoubler d’efforts pour que d’ici 2030, le pays atteigne l’objectif de « zéro besoin » exprimé en planification familiale.

Par la bouche du Représentant résident du Fonds des Nations unies pour la population –UNFPA) Dr. Sennen Houton, les partenaires extérieurs de la RDC attendent de la Première dame un plaidoyer pour que le gouvernement honore sa part d’engagement annuel en terme de financement pour l’achat des contraceptives. Depuis quatre ans, l’Etat congolais n’a pas décaissé les 3 millions de dollars annuels attendus. Dr. Sennen Houton a également rappelé cette nécessité au ministre de la Santé, Eteni Longondo, présent dans la salle.

Parmi les recommandations de cette 4e CNRPF, les participants ont invité le gouvernement à matérialiser les engagements pris à Addis-Abeba en 2013, renouvelés en 2016 à Bali, Indonésie. Engagements renouvelés également  au terme de cette conférence.

Par ailleurs, ils invitent le CTMP/PF à écrire le nouveau Plan Stratégique de Planification Familiale pour la période 2021-2025 avec un regard à l’horizon 2030 et un accent sur « PLUS de services pour les Adolescents et Jeunes ». Le CTMP/PF pourra donc compter sur le grand soutien de la Première dame.

Recommandations de la 4ème Conférence Nationale pour le Repositionnement de la Planification Familiale

Au CTMP

  1. Assurer la mise en œuvre des recommandations issues de cette 4eme Conférence Nationale sur le Repositionnement de la Planification Familiale en RDC
  2. Organiser l’evaluation finale du Plan Stratégique National a vision multi Sectorielle (2014-2020)
  3. Ecrire le nouveau Plan Stratégique de Planification Familiale pour la période 2021-2025 avec un regard à l’horizon 2030 avec un accent sur PLUS de services pour les Adolescents et Jeunes
  4. Encourager la recherche pour identifier des stratégies afin atteindre le nombre optimal d’enfant par femme pour contribuer à l’émergence de la RDC
  5. Considérer (collaborer avec) les autres initiatives internationales (ex. Global Fund, Global Financing & Facility) pour des activités de santé sexuelle et reproductive plus intégratives (VIH/SIDA, Vaccination…), gage de démarche efficiente vers la couverture sanitaire universelle.

Au secteur Privé :

  1. Investir davantage dans la Planification Familiale dans le Cadre de la Responsabilité Sociale et Sociétales des entreprises minières

Aux Institutions de la République (Présidence-Gouvernement Central et Provincial- Assemblées Nationale et Provinciales)

  1. Matérialiser les engagements pris à Addis Abeba en 2013, renouvelées en 2016 à Bali, Indonésie et en Décembre 2019 à Kinshasa à l’occasion de cette 4ème Conférence Nationale, y compris le décaissement et l’utilisation des fonds
  2. Initier des réformes courageuses qui mettent l’accent sur la santé et l’éducation des femmes  
  3. Initier des réformes pour s’assurer que les entreprises minières intègrent dans leurs cahiers des charges les interventions sur la planification familiale
  4. Soutenir l’intégration du service de la planification familiale dans les structures sanitaires des Entreprises minières directement ou indirectement par des soutiens en intrants et autres renforcements des capacités des prestataires à travers les différentes zones de santé.

Au FP2020 et ses constituantes :

  1. Augmenter les investissements en Planification Familiale pour la RDC et mobiliser des nouveaux investissements en faveur de la RDC
  2.  Mettre en place le Partenariat de l’Afrique Centrale avec son siège à Kinshasa, à l’instar du Partenariat de Ouagadougou.