Par Cleverly Dylan Gaye

16 septembre 2016-16 septembre 2019, cela fait jour pour jour 3 ans depuis que plusieurs congolais ont été massacrés, à l’occasion d’une marche pacifique organisée par le Rassemblement des Forces Politiques et Sociales Acquisent au Changement pour exiger la convocation du corp électoral et contrer les velléités de l’ancien Président de la République Joseph Kabila de vouloir se maintenir au pouvoir au delà de son mandat.

C’est dans ce cadre que, le parti Mouvement des Lumumbistes Progressistes MLP cher à Franck Diongo, a organisé ce jeudi 19 septembre une activité commémorative dans le but de se souvenir de ces héros qui sont tombés pour la démocratie et l’avènement de l’alternance au sommet de l’État.

Devant une centaine de ses militants et quelques invités, Franck Diongo Shamba a présenté un échantillon des victimes de ces atrocités avant d’inviter le Chef de l’État Félix Tshisekedi, qu’il considère aussi comme l’un des combattants de la démocratie, à s’investir pour que toutes les victimes obtiennent justice. «Il faut que le sang des martyrs donne le courage de continuer la lutte et libérer le pays du mauvais système,» a renchéri Franck Diongo.

Pour sa part, le professeur André Mbata estime que sans l’apport des militants, l’alternance n’aurait pas eu lieu. À l’en croire, plus qu’une minute de silence, ces victimes méritent des hommages mérités car un peuple qui n’honore pas ses martyrs est un prêt pour un autre esclavage. Il a demandé pour ce faire au Président de la République Félix Tshisekedi, la création d’un fond pour la démocratie et la construction d’un mémorial pour tous les martyrs de la démocratie qui sera érigé au Palais du peuple.

Par ailleurs, le Ministre délégué à la défense Sylvain Mutombo qui se reconnaît parmi les grands mobilisateurs des masses et opérateur de terrain, a donné son témoignage sur le déroulement des faits qui ont eu lieu le 16 septembre 2016. Sylvain Mutombo promet de garder sa neutralité et sa liberté d’esprit même au gouvernement. Il entend continuer de défendre les droits humains. «La résistance restera son combat même dans la peau du ministre pour parachever la lutte d’Étienne Tshisekedi», a-t-il conclu.

De son côté, le député provincial du Kongo-central et Président national du MPCR Jean Claude Nvuemba, a exigé la liste de toutes les victimes qui ont été enterrées dans la fosse commune de Maluku.