Par Edmond Izuba

Le retour en prison du député honoraire Né Muanda Nsemi, élu de Popokaba, suscite colère et indignation des plusieurs structures membres de la société civile de la province du Kongo-Central. Aussitôt après avoir appris la nouvelle, les forces vives membres de la société civile du Kongo central n’ont pas tardé à inviter à des journées de marches de protestation et à la désobéissance civique si Ne Muanda Nsemi n’est pas libéré dans les 24 heures qui suivent. « Ces manifestations spontanées commenceront de Kasangulu jusqu’à Muanda », d’après le coordonnateur de l’Alliance fraternelle de la jeunesse intellectuelle du Kongo Central (Akongo). Me Sakameso Diankazi Muan’Akongo soutient que le retour de Né Muanda Nsemi à Makal  c’est pour terminer quelques procédures administratives pour sa libération définitive.

« Nous pensons que la position du gouvernement allant dans le sens que Ne Muanda Nsemi doit retourner en prison avant de bénéficier d’une mesure  de grâce présidentielle est non fondée dans la mesure où Ne Muanda Nsemi n’a jamais été jugé moins encore condamné. Le départ judiciaire ayant été faussé, sa finalité ne peut être ordonnée. Ne Muanda Nsemi avait fait face à la loi de la force et non à la force de la loi. Il avait été poignardé au dos par la force du mal cohalisé et en tournant contre cette force, il a tapé à son ventre. C’est la conséquence d’un Etat de non droit instauré par le regime politique de triste mémoire. La solution durable au jour d’aujourd’hui, reste la solution politique et non judiciaire. Au demeurant, hommage au Président de la République, Son Excellence Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo qui est entrain de raccommoder les graves fissures de l’ancien régime », a-t-il conclu.