Par Edmond Izuba

Le Comité technique multisectoriel pour la planification familiale en Rd (CTMP) ne désarme pas. il vient d’actionner avec d’autres bailleurs de fonds dans le secteur privé, la 4ème conférence nationale pour le repositionnement de la planification familiale avec sous le thème : Emergence de la Rdc en 2030 : place et rôle de la planification familiale. Dans une conférence de presse tenue ce jeudi ce 10 octobre à Kinshasa, cette structure créée pour le besoin de la cause : diminuer le taux de mortalité à travers des méthodes contraceptives et la mobilisation de fonds pour atteindre cette fin, cherche à baliser le chemin pour une croissance économique. La coordination du CTMP entrevoit, à travers cette 4ème conférence qui aura lieu du 03 au 05 décembre 2019, un moment important pour discuter sévèrement de la question avec les nouveaux membres du gouvernement issus des élections de décembre 2018. « Le moment de la conférence offrira une opportunité unique pour discuter avec les nouvelles autorités politiques issues des élections de décembre 2018 sur le renouvellement des engagements de la République en faveur de la planification familiale, la clarification des rôles et des investissements potentiels du secteur privé (dont les sociétés minières et les sociétés de télécommunications) pour mobiliser davantage de ressource dans le cadre de leur responsabilité sociale », a déclaré jacqueline Bapura. Le représentant du fonds des nations unions unies pour la population a souligné que qu’il faisait son cheval de bataille les questions liées à la planification familiale. En outre, il a salué les progrès réalisé par la République démocratique du Congo en cette matière. Le représentant de l’USAID, l’Agence américaine pour le développement a fondé son discours sur le danger que court le pays de Lumumba si l’on ne prend pas garde. Il a tiré la sonnette d’alarme en rappelant que la croissance démographique qu’enregistre la Rdc exerce une pression foudroyante sur les forêts, l’agriculture et l’environnement.